Le Stage

Je l’ai écrit il y a deux ans mais je pensais qu’il pourrait être utile. (Je voulais mettre les mots <écrit> et <être> à la fin – trop d’allemand, trop peu de français :/

Tous les élèves de quatrième ont fait un stage en entreprise au mois de mai. Le problème,  c’est ils le feront pourvu qu’ils soient payés, mais pendant le stage tu peut apprendre beaucoup même si tu ne peut pas recevoir d’argent. Le stage a duré quinze jours et j’ai eu de la chance de trouver une place dans une école primaire dans la ville ou j’habite. Pour être professeur, il faut que je sois à l’heure et il faut que j’aie de bons résultats. Aussi, il faut savoir bien communiquer, bien ecouter, il faut avait un bon sens de l’humour, ce qui est important dans ce travail.

Mardi j’ai rencontré les enfants. Comme il pleuvait et que je n’avais pas de parapluie quand je suis sorti de chez moi, je n’étais pas de bonne humeur. Je faisais des photocopies, mais je me suis ennuyée parce que je n’avais grand-chose à faire.

Mercredi j’ai joué avec les enfants et je les aidais pendant leurs leçons. Un garçon, qui s’appelle Adam, il s’est trompé car les maths n’est pas son truc. J’étais  un peu déçu parce que bien qu’il fasse beaucoup d’efforts, il n’était pas récompensé.  A peine la pendule avait-elle sonné trois heures et demie que j’ai remarqué tous les jeunes n’étaient plus dans la classe !

Le stage n’était pas complètement positif mais j’ai beaucoup apprécié mon stage car j’ai appris beaucoup de choses. Par exemple je suis maintenant assurée quand je suis en classe. Mes collègues étaient accueillants et pleins de bons conseils.

Je ne sais pas encore si je continuerai mes études après mes examens GCSE mais je voudrais bien retourner y travailler. Je trouve que quand j’ai dix-huit ans je serai a l’université ou j’espère étudier les maths et j’ai l’intention d’être professeur dans un collège. Par contre mon frère n’a pas de projet précis. Il a l’ambition poursuivre les études car il veut devenir homme d’affaires et il sera très heureux avec beaucoup d’argent.

Advertisements

The Warehouse

The abandoned warehouse has not been used in years. The small city windows are all boarded up. As you stare through the open door, the shadows seem to dnace menacingly, creeping ever closer towards you. As you step cautiously inside, you are hit with the smell of rotting flesh. The sound of dripping draws you down one dull, damp corridor after another. The old rusty doors on either side of you refuse to open. They feel cold and slimy. You come across a grand hall, stacked to the ceiling with cardboard boxes. Bubble wrap and other packaging is scattered around carelessly. Someone was looking for something. As you walk towards some steep steps leading to the next floor, you feel as though you are being watched. A cold breeze blows towards you, willingly you to turn back. You can hear footsteps around the corner. As you walk towards the noise, you see what seems to be red paint scattered on the floor. Turning the corner into an office, you see papers in disorganised heaps on the floor. The light bulb above you begins to crackle and flicker in anticiption. You walk down a passageway into a small room. A beam of light, seemingly from nowhere, shines onto an old, dusty book. As you open it intrigued, you discover what it is; a diary of a young girl. The last page is not finished, it end in a long line going across the page and  you notice there are scratch marks on a neaby box. You can smell smoke, as if someone has lit a fire next to you. In the adjoinging room, there is a small fireplace with a raging fire burning inside. Heat and light leads you towards the discovery of shelf upon shelf of plants in black, plastic pots, as if someone had turned the wall had been turned into an indoor greenhouse. Perplexed, you move on. The last room upstairs is completely empty except for a single bloodstained cloth. You go back down to the ground floor by a creaky lift. Just as you are about to leave, you hear the sound of smashing glass. A hole in the wall takes you to an unlit room you missed before, with a sturdy iron door. In the corner you see what seems to be a life-size doll, but as you come closer you realise it is a young girl, about 13, lying motionless on the floor. The pieces of the puzzle finally piece themselves together in your mind. You run for the door but it slowly closes in front of you. You realise where you are, and why no one dares to come here. It is the place for a murderer and his victims.